Comment financer le développement de votre invention ?

Bien souvent, le financement du développement de votre invention est un sujet au cœur des préoccupations. Et c’est effectivement une réflexion essentielle à mener dès les débuts de votre projet.

En effet, le mode de financement choisi doit faire partie de votre stratégie globale de développement. Sachez que quelle que soit la nature du financement vers lequel vous vous orientez, il vous faudra prouver la faisabilité et la viabilité de votre projet pour intéresser vos investisseurs.

Transtech vous informe sur les différents modes de financement existants en France.

Le financement de la validation de l’invention

La phase de validation de l’invention consiste à valider la faisabilité juridique, technique et stratégique de votre futur produit. À ce stade, il s’agit de réfléchir à votre capacité d’investissement sur le projet. Alors quels moyens de financement existent-ils à cette étape ?

L’épargne personnelle et la love money sous forme de dons pourront vous permettre de financer les premiers investissements de votre projet innovant. En effet, la phase de validation permettant ensuite d’accéder à d’autres modes de financement sera subventionnée en grande partie par vos fonds propres.

L’épargne personnelle

L’épargne personnelle regroupe les économies que vous possédez et que vous réservez pour des investissements dans le cadre de votre projet : ils constituent ainsi des fonds propres. Bien évidemment plus leur montant est élevé, plus l’obtention d’un prêt sera facilitée pour compléter les capitaux de départ si besoin. Sauf cas particulier, il est fortement conseillé que vos fonds propres constituent à minima 30% de vos besoins de financement totaux.

La love money

Il s’agit des sommes que vos proches et vos soutiens souhaitent apporter dès les débuts du projet. Ces sommes prennent la forme de dons en capitaux, versés dans le but d’aider le porteur de projet au démarrage pour se lancer.

Le financement dans une démarche de transfert

La plupart des financements existants en France (et présentés ci-dessous) ne peuvent être obtenus que par une entreprise déjà constituée.

Comme précisé précédemment, le financement en phase validation de l’invention est supporté par l’inventeur et ses proches. Par la suite, il se peut que l’idée soit suffisamment mature (preuve de concept établie, titre de propriété intellectuelle déposé et premier Business plan) pour entamer la prise de contact avec des entreprises et négocier le financement des derniers développements et de la mise en marché du produit.

Sinon, si le projet nécessite encore d’être réfléchi et amélioré, il sera plus judicieux de créer une entreprise capable de lever les fonds suffisants à ces développements.

Le financement dans une démarche de création d’entreprise

Les solutions de financement proposées en France dans le cadre d’une entreprise sont nombreuses et principalement réparties selon deux types : les financements dilutifs, entrainant une entrée au capital de l’investisseur, et les financements non-dilutifs, qui ne modifient pas la structure actuelle des actionnaires.

Contactez-nous

    nom & prénom
    email
    téléphone
    ville
    code postal

    Votre secteur de création

    Si vous deviez résumer votre projet :


    Les financements non-dilutifs

    Les financements non-dilutifs concernent les modes de financement qui n’ont pas d’impact sur la structure des associés de votre entreprise. Ce sont les plus utilisés lors de la phase de création de l’entreprise. Une fois l’épargne de proximité levée, le créateur d’entreprise se tourne vers ce mode de financement pour garder un maximum de contrôle sur l’entreprise tout en augmentant au maximum son apport.

    Les aides publiques et les prêts d’honneur ont un effet de levier sur les prêts bancaires visés. Parmi les modes de financement non dilutifs, nous pouvons citer les prêts bancaires, les prêts d’honneur, les aides publiques, les appels à projets, le financement participatif et l’avance remboursable.

    Les prêts bancaires

     

    L’emprunt bancaire est une solution de financement classique pour le développement de votre invention. Cependant comme toute demande de prêt, il vous faudra fournir une caution personnelle ou des garanties pour qu’il soit accepté.

    Différents dispositifs de garantie existent afin de faciliter votre demande d’emprunt auprès d’une banque : la garantie création de Bpifrance, les garanties de France Active, les sociétés de caution mutuelle, ou encore les fonds régionaux et départementaux de garantie. Une liste plus détaillée est disponible en téléchargement ici.

    Les prêts d’honneur

     

    Le prêt d’honneur est un prêt sans obligation de garantie pour lequel l’emprunteur s’engage à rembourser « sur l’honneur ». Il peut être octroyé aux créateurs d’entreprises et dirigeants étant en capacité de présenter un business plan réaliste, convaincant et prouvant la viabilité du projet. En France, il existe plusieurs organismes accordant des prêts d’honneur sur examen de dossier :

    • Initiative France
    • Réseau Entreprendre
    • Aquiti Gestion en Nouvelle Aquitaine

    Les aides publiques

     

    Quel que soit le stade de développement de votre projet ou le type d’innovation que vous souhaitez proposer, différentes aides publiques existent et sont mobilisables. Au niveau national, BPI France « accompagne les entreprises, de l’amorçage jusqu’à leur cotation en octroyant des bourses, des crédits et en intervenant en garantie et en fonds propres. »

    Au niveau régional, de nombreuses collectivités territoriales sont à l’initiative de dispositifs de soutien aux projets innovants sur leurs territoires, seules ou en complément de Bpifrance. Pour la Région Nouvelle-Aquitaine, vous pouvez télécharger la liste de ces dispositifs ici (liste non exhaustive).

    Les appels à projets et concours

     

    Participer à des appels à projets innovants et concours d’innovation offre plusieurs opportunités :

    • Faire connaitre votre projet et accroitre votre visibilité,
    • Recueillir des conseils et des retours d’un jury professionnel sur votre produit,
    • S’entrainer à pitcher en conditions réelles votre projet de manière concise et attractive,
    • Se construire un réseau, en rencontrant d’autres porteurs de projet innovant et des professionnels de l’innovation,
    • Tenter de remporter une dotation.

    Il existe une multitude de concours en France, aux territoires différents (nationaux, régionaux, locaux), aux thématiques différentes (écologie, mobilité, technologie, etc) et aux profils différents (inventeurs particuliers, start-ups, etc). Chaque année, Transtech organise le concours tremplins I’nov pro, destiné aux porteurs de projets innovants de France ayant protégé leur innovation et disposant au minimum d’un premier prototype.

    Le financement participatif

     

    Le financement participatif, appelé aussi crowdfunding, pourrait être traduit comme le « coup de pouce » donné par les premiers soutiens au démarrage du projet. Il s’agit d’un outil de collecte de fonds opéré via une plateforme internet dédiée. Il permet à un ensemble de contributeurs de participer financièrement à un ou plusieurs projets identifiés. Il existe 3 modes différents de financement participatif :

    • Le financement participatif par le don : il peut se faire avec contreparties (symboliques ou par un système de préventes du produit) ou sans contrepartie. Dans le cas d’un système de préventes, il offre l’avantage de pouvoir tester votre idée directement auprès de votre cible avant un lancement officiel sur le marché, mais aussi de pouvoir confronter votre produit et obtenir des retours utilisateurs.
    • le financement participatif par le prêt entre particuliers, ou crowdlending : il peut se pratiquer avec ou sans intérêts. Il permet de financer des dépenses non prises en compte par les banques, mais est majoritairement réservé aux entreprises déjà constituées depuis plusieurs années.
    • le financement participatif par l’investissement : les financeurs peuvent investir en capital, en obligations ou en royalties (commissions sur le chiffre d’affaires). Il permet notamment de financer le développement d’un projet peu prisé par les investisseurs traditionnels.

    L’avance remboursable

     

    L’avance remboursable prend la forme d’un prêt à taux zéro. Elle est octroyée par des collectivités locales à une entreprise déjà constituée depuis plusieurs années qui souhaite développer un projet d’innovation.

    L’avance remboursable ne nécessite pas la présentation de garanties, mais doit être remboursée en cas de réussite du projet.

    Les financements dilutifs

    Les financements dilutifs regroupent les levées de fonds entrainant l’entrée au capital de nouveaux investisseurs. Cette entrée au capital modifie la structure des actionnaires mais reste généralement minoritaire, gardant le créateur en tant que décisionnaire principal. Parmi les financements dilutifs, nous pouvons citer le capital-investissement, le corporate-venture et les investissements effectués par des business angels.

    Le capital-investissement

     

    Le capital-investissement réunit l’ensemble des opérations effectuées par un investisseur qui souhaite engager des capitaux propres pour la création, le développement ou le rachat d’une société. Par cette opération, l’investisseur entre au capital de la nouvelle entreprise et prend possession de parts, bien souvent de manière minoritaire. Dans le cas d’une entreprise innovante ou d’une société non côtée, on parle alors de « capital-risque ». L’investisseur obtient ainsi le droit de participer aux prises de décisions concernant l’entreprise.

    On distingue trois formes de capital-investissement, chacune appartenant à une phase de développement différente :

    1.

    le capital amorçage, qui comme son nom l’indique est une opération d’investissement en amont de la création d’une nouvelle entreprise. Les fonds apportés sont généralement dédiés au financement d’études de faisabilité, au(x) dépôt(s) de titre(s) de propriété industrielle, à la réalisation de maquette(s) ou de prototype(s), et plus globalement à toute action à effectuer avant la création effective de l’entreprise. Vous devez cependant avoir un projet de création d’entreprise défini pour prétendre à cette opération d’investissement, le capital amorçage entrainant de fait la création d’une entreprise dans la foulée.

    2.

    le capital-création, qui a pour objectif de financer les premiers développements de l’entreprise comme la première commercialisation d’un produit. Pour être éligible, l’entreprise doit être créée depuis moins de trois ans.

    3.

    Et le capital-développement, qui consiste à soutenir financièrement une entreprise mature (qui existe depuis plus de trois ans) souhaitant se lancer dans une nouvelle phase de développement : commercialisation d’un nouveau produit, changement et/ou acquisition d’outils de production, recrutement, etc.

    Le corporate-venture

     

    Le corporate venture est une opération permettant à une jeune entreprise innovante de bénéficier de fonds créés par une grande entreprise, en échange d’une entrée au capital de cette grande entreprise. Le corporate venture est une forme de financement appartenant au capital-investissement et pouvant être effectué dans des phases de création comme de développement.

    Les avantages sont mutuels : l’entreprise innovante peut financer son innovation tout en s’appuyant sur le savoir-faire et/ou les contacts de la grande entreprise, tandis que la grande entreprise accroît sa présence et diversifie ses activités par des investissements dans l’innovation.

    Les business-angels

     

    Les business angels sont des professionnels aux profils variés : cadres, chefs d’entreprises, anciens entrepreneurs, qui souhaitent investir personnellement des capitaux dans des projets innovants et/ou start-ups innovantes à fort potentiel de croissance. Cette entrée au capital reste généralement minoritaire et peut se réaliser en phase d’amorçage comme en phase de développement.

    Les business angels ont une bonne connaissance du monde des affaires, ils peuvent ainsi apporter leurs retours d’expérience et leurs compétences au porteur de projet. Ils sont réunis au niveau national à travers la fédération France Angels.

    Pour présenter son projet auprès de business angels, un dossier descriptif et succinct doit être déposé. La sélection s’effectue sur la faisabilité du projet et son potentiel économique. Si un intérêt pour le projet se concrétise, le porteur est invité à une présentation orale devant un premier jury, puis une seconde pour débuter d’éventuelles négociations.

    La méthode Transtech

    Depuis plus de 35 ans, Transtech accompagne les inventeurs dans le développement de leurs projets innovants. Nos spécialistes interviennent à vos côtés pour vous conseiller, vous accompagner dans la validation de la faisabilité de votre invention et dans votre première levée de fonds. Rejoignez un parcours personnalisé en fonction de votre profil, de la typologie de votre projet et de vos avancées. Consultez nos services